L’inquiétude toujours vive à Gaza malgré les espoirs de trêve

L’inquiétude toujours vive à Gaza malgré les espoirs de trêve

L’inquiétude reste vive mercredi pour plus de 2 millions de Palestiniens de la bande de Gaza, malgré les espoirs d’une trêve entre Israël et Hamas que tentent d’arracher les États-Unis et le Qatar. Le territoire palestinien dévasté est plongé dans une crise humanitaire majeure et 2,2 millions de personnes, selon l’ONU, soit l’immense majorité de la population, sont menacées de famine, indique l’agence de presse AFP.

Les États-Unis et le Qatar, engagés avec l’Égypte dans une médiation entre Israël et le Hamas, espèrent obtenir une trêve avant le début du ramadan, qui commence autour du 10 ou du 11 mars, permettant la libération d’une partie des 130 otages détenus dans le territoire.

Les discussions portent sur une trêve de six semaines, durant laquelle un otage – parmi des femmes, mineurs et personnes âgées malades – serait échangé chaque jour contre dix Palestiniens détenus par Israël, selon une source proche du Hamas. En outre, le mouvement islamiste veut une augmentation de l’aide humanitaire entrant dans Gaza, souligne l’AFP.

Le président américain Joe Biden a évoqué lundi soir « un accord des Israéliens selon lequel ils ne s’engageraient pas dans des opérations durant le ramadan » afin de « faire sortir tous les otages ». « J’ai espoir que d’ici lundi prochain, nous aurons un cessez-le-feu », avait-il déclaré plus tôt, en soulignant que ce n’était « pas encore fait ».

« Nous serions bien sûr heureux d’y parvenir d’ici la fin de semaine », a assuré mardi le porte-parole de la diplomatie américaine, Matthew Miller. « Nous tentons de faire franchir la ligne d’arrivée à cet accord, et selon nous c’est possible ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *