Le Laboratoire national de la police scientifique et technique obtient la certification ISO/CEI 17025

Le Laboratoire national de la police scientifique et technique obtient la certification ISO/CEI 17025

Le Laboratoire national de la police scientifique et technique (LNPST) de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), a obtenu la certification de conformité et de qualité ISO/CEI 17025, dans diverses spécialités et expertises légales dont les branches de biologie, l’étude des documents, les incendies et explosifs, les stupéfiants et autres.

L’organisme américain « The ANSI National Acreditation Board », spécialisé en matière d’évaluation et d’accompagnement des laboratoires scientifiques, a effectué un audit global du LNPST basé à Casablanca, qui a permis l’accréditation de l’ensemble de ses spécialités scientifiques conformément aux normes internationales en vigueur au sein des laboratoires légaux, en lien avec la police scientifique et technique, indique la DGSN dans un communiqué.

Le processus d’audit mené par des experts internationaux accrédités a porté sur une évaluation minutieuse du degré de respect des normes de qualité dans la mise en œuvre des expertises dans le domaine pénal, notamment le respect de l’éthique scientifique et professionnelle, la confidentialité des données personnelles et les résultats d’expérimentations et d’expertises.

L’accent a été aussi mis sur les normes relatives à la gestion des infrastructures et des ressources humaines, les procédures et moyens de réalisation des expertises scientifiques et les risques associés, ainsi que les aspects liés à la gestion, la protection et l’exploitation des systèmes d’information, ajoute-t-on de même source.

Cette nouvelle accréditation est l’aboutissement d’un long processus initié par la DGSN en 2016, articulé essentiellement autour de la modernisation globale du système de police scientifique et technique et son rôle dans les enquêtes criminelles, au service de finalités stratégiques visant notamment à consacrer la place de la preuve scientifique dans le cadre du procès équitable, et à consolider le respect des droits et libertés publiques dans l’action policière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *