dimanche , 14 juillet 2024

Rabat: Lancement du projet Starlab au profit des jeunes non scolarisés

Le coup d’envoi, mardi à Rabat, de la rentrée scolaire 2023-2024, au Centre Yacoub Al-Mansour pour la Deuxième chance-Nouvelle génération, a été marqué par le lancement du projet Starlab au profit des jeunes non scolarisés.

A cette occasion, le directeur de l’Académie régionale d’éducation et de formation de la région (AREF) de Rabat-Salé-Kénitra, Mohamed Aderdour, a indiqué que les efforts déployés pour encourager les jeunes ayant abandonné l’école à reprendre leur scolarité et bénéficié d’une formation professionnelle « incarnent véritablement le concept de l’État social », a rapporté l’agence de presse MAP.

Dans une allocution lors de cette cérémonie, à laquelle ont assisté des responsables des secteurs de l’éducation et de la formation et des organisations de la société civile, M. Aderdour a précisé que les résultats obtenus jusqu’à présent au niveau de l’expérience des Centres de la Deuxième chance-Nouvelle génération « n’auraient jamais été réalisés sans les efforts conjugués des différents partenaires du ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports y compris les partenaires des secteurs public et privé ».

Après avoir rappelé que la région de Rabat-Salé-Kénitra comprend au total 28 centres de la deuxième chance-Nouvelle génération, il a noté que « la plupart des bénéficiaires de la formation dans ces centres ont été intégrés sur le marché du travail », a souligné la MAP.

M. Aderdour a également expliqué que les catégories ciblées « comprennent non seulement les adolescents et les jeunes non scolarisés, mais aussi les mineurs et certains jeunes venant des pays africains », précisant que l’objectif ultime reste « d’établir les bases de l’État social ».

Pour sa part, le directeur de l’éducation non formelle relevant du ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Houssine Ajour, a qualifié le fait d’offrir une nouvelle occasion de rattrapage aux adolescents et aux jeunes ayant abandonné l’école, d’ »effort formidable » que le Royaume mène depuis de nombreuses années, à travers l’action réalisée par le ministère de tutelle.

M. Ajour a de même souligné l’importance du rôle que joue le partenariat avec les organisations et les associations de la société civile dans ce sens, précisant que 181 centres de la Deuxième chance-Nouvelle génération ont été ouverts depuis 2018, ciblant un total de 16.000 jeunes, filles et garçons, ayant quitté l’école au niveau national.

Et le responsable éducatif de souligner que la coopération entre les départements gouvernementaux et les acteurs de la société civile constitue un outil majeur pour le succès du chantier d’insertion des jeunes sur le marché du travail.

Toutefois, il a déploré la persistance de l’abandon scolaire dans le monde rural, notamment au niveau du cycle collégial, un fléau qui, selon lui, « coûte au budget de l’État 2% du produit intérieur brut ». Il a dans ce sens mis l’accent sur « le rôle important que peuvent jouer les Centres de la Deuxième chance afin d’éradiquer ce fléau ».

Pour sa part, Ahmed Hammoudou, président du Corps marocain pour l’éducation et le développement (CMED), qui supervise la gestion du Centre Yacoub Al-Mansour, a indiqué que le lancement de l’année scolaire 2023-2024 dans ce centre « s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme qui a été présenté devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le 17 septembre 2018, afin d’intégrer les adolescents et les jeunes en décrochage scolaire, aussi bien ceux qui ont été expulsés et que ceux ayant quitté l’école ».

M. Hammoudou a également mis l’accent, dans une déclaration à la MAP, sur l’importance de cet événement en termes de sensibilisation et de mobilisation de toutes les couches de la société, en vue d’accroitre le rendement des Centres de la Deuxième chance-Nouvelle génération « en tant que passerelle fondamentale et importante pour réaliser le développement (..) et améliorer les prestations fournies à cette catégorie ».

Selon des données fournies par le président du CMED, le projet Starlab vise à initier les jeunes au niveau du centre de Yacoub El Mansour à l’esprit d’entreprenariat et à faciliter leur intégration dans un système d’entreprenariat innovant en contribuant à la création de 50 entreprises d’ici trois ans.

Pour sa part, la directrice du projet Starlab, Ichrak Eid, a déclaré que ledit projet a notamment pour objectifs le « renforcement de l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes âgés entre 16 et 20 ans ayant abandonné l’école en raison de leur situation sociale ».

Et de poursuivre que le projet Starlab, lancé sous le slogan « Ensemble pour une inclusion économique des jeunes non scolarisés », cible plus de 400 jeunes, des deux sexes, tout en permettant, dans un premier temps, à 200 bénéficiaires de la région de Rabat-Salé-Kénitra de suivre des formations dans les centres de la deuxième chance-nouvelle génération.

Ces formations comprennent cinq spécialités, à savoir « Électricité et énergie solaire », « Soins aux personnes âgées », « Coiffure et beauté », « Hôtellerie et gastronomie » et « Menuiserie en aluminium ».

A cette occasion, un espace d’action participative, doté de 10 ordinateurs, a été inauguré au Centre Yacoub Al-Mansour pour la Deuxième chance, d’une capacité de 50 bénéficiaires, encadrés par un consultant dans le domaine des entreprises et un cadre en comptabilité.

Créé en 2000, le CMED, qui supervise le projet Starlab, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, et en coopération, notamment, avec la Fondation suisse Drosos et l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), est une ONG nationale, à but non lucratif spécialisée dans les domaines de l’éducation et du développement local et territorial.

About Kenza Alaoui

Check Also

L’Université Mohammed V de Rabat, première au Maroc et dans le top des 4,9% meilleures universités mondiales

L’Université Mohammed V de Rabat (UM5R) est classée première au niveau national et figure dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *