mardi , 25 juin 2024

Dakhla: Des ambassadeurs africains saluent la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative Royale pour l’Atlantique

Des ambassadeurs de plusieurs pays africains ont salué, mercredi à Dakhla, la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative de SM le Roi Mohammed VI pour favoriser l’accès des États du Sahel à l’océan Atlantique.

« En dépit des défis sécuritaires auxquels sont confrontés les pays du Sahel, le Maroc ambitionne, à travers l’Initiative Royale, à faire de la côte Atlantique un centre d’intégration économique à grande échelle », ont-ils indiqué lors d’un panel sur « L’Initiative atlantique et l’intégration économique » organisé dans le cadre de la 5ème édition des « Journées internationales de macroéconomie et de finance » (JIMF), a indiqué l’agence de presse MAP.

Ils ont été également unanimes à souligner que la pauvreté est à l’origine de nombreux problèmes entravant le développement des pays du sahel, d’où l’importance de cette Initiative qui va indubitablement favoriser le développement de l’économie africaine.

S’exprimant à cette occasion, l’ambassadeur du Niger au Maroc, Salissou Ada a indiqué que l’Initiative Royale pour l’Atlantique va permettre de faciliter la mobilité des personnes et des biens et de soutenir l’économie des pays du Sahel, pour qu’elle soit connectée à l’économie mondiale, à travers notamment le port Dakhla Atlantique, a souligné la MAP.

M. Ada a aussi mis l’accent sur les liens profonds unissant le Maroc à sa profondeur africain, faisant observer que l’Initiative Royal s’inscrit dans le cadre d’un grand projet visant à renforcer l’ancrage du Maroc dans son environnement africain et à créer un espace de progrès, de paix, de solidarité et de prospérité partagé.

De son côté, l’Ambassadeur directeur général de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal, a indiqué que SM le Roi Mohammed VI a fait de la coopération Sud-Sud le principal pilier de la politique étrangère du Royaume du Maroc, en plaçant l’Afrique au cœur de ses priorités.

Cet engagement Royal en faveur de l’Afrique, a-t-il poursuivi, se traduit par le nombre de visites, les projets structurants lancés à l’échelle du continent et par les milliers d’accords qui ont été signés depuis 1999.

M. Methqal a également souligné l’attention particulière accordée par le Maroc au développement humain en Afrique, en mettant l’élément humain au centre de l’ensemble de ses actions, ses projets et ses programmes.

Pour sa part, l’ambassadeur du Burkina Faso au Maroc, Mamadou Coulibaly, a fait savoir que l’Initiative Royale pour l’Atlantique va faire de la façade Atlantique un haut lieu de communion humaine, un pôle d’intégration économique et un hub de rayonnement continental et international, relevant qu’à travers cette Initiative, le Maroc va permettre aux États du Sahel d’accéder aux ressources et aux moyens pour une Afrique développée et solidaire.

Il a, dans ce sens, fait remarquer que l’espace afro-atlantique et du Sahel représente 46% de la population africaine, 55% du produit intérieur brut (PIB) et 57% du commerce continental », ajoutant que ladite Initiative vise à fédérer les efforts autour d’une vision commune pour tirer profit de manière optimale de toutes les potentialités des pays du Sahel.

De son côté, l’ambassadeur du Tchad au Maroc, Hassan Adoum Bakhit Haggar a relevé que « cette action solidaire proposée par le Maroc constitue une occasion idoine pour renforcer davantage notre sphère de coopération économique”, saluant, par la même occasion, les efforts du Royaume qui mettra à la disposition des pays du Sahel ses infrastructures portuaires, routières et maritimes pour réussir ce projet prometteur.

Dans cette lignée, il a fait part de sa détermination, à l’instar d’autres pays membres de l’Initiative, à accompagner le Maroc dans la mobilisation des ressources et à financer les différents projets d’infrastructures, à même de concrétiser la mise en œuvre de cette Initiative ambitieuse.

Ont également pris part à ce panel, l’ambassadeur du Mali au Maroc, Fafre Camara et le président du Conseil économique, social, environnemental et culturel de la république du Mali, Yacouba Katilé.

Initiée par Bank Al-Maghrib, le Laboratoire de recherche en innovation, responsabilités et développement durable (INREDD) de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et Bernoulli Center for Economics (BCE) de l’Université de Bâle, en collaboration avec le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, cette 5ème édition des JIMF placée sous le thème « Intégration économique en Afrique: La voie vers un avenir plus prospère » vise à explorer les enjeux et les opportunités de l’intégration économique en Afrique et à formuler des recommandations visant à renforcer davantage cette intégration, tout en favorisant la prospérité et le développement durable et inclusif du continent.

Ce forum économique tend aussi à mettre l’accent sur les défis de l’intégration économique de l’Afrique, les opportunités et les challenges de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), ainsi que sur les expériences internationales d’intégration économique et les technologies, la recherche et l’innovation en tant que leviers de l’intégration en Afrique.

Ces journées sont rehaussées par la participation de plusieurs intervenants dont des présidents de Conseils économiques, sociaux et environnementaux et des acteurs locaux de plusieurs villes et régions du continent, ainsi que des présidents d’universités africaines de renom.

About Kenza Alaoui

Check Also

Dakhla se dote de deux nouvelles salles de cinéma

Le paysage culturel de la ville de Dakhla s’est enrichi avec l’ouverture de deux nouvelles …