Plan d’autonomie, disparition de « Le journal hebdomadaire »… Les élucubrations de Aboubakr Jamaï

Plan d’autonomie, disparition de « Le journal hebdomadaire »… Les élucubrations de Aboubakr Jamaï

Il est une différence abyssale entre la critique et la haine. Et les propos de Aboubakr Jamaï sur le Maroc dénotent depuis quelques années déjà d’une aigreur et d’une haine inquantifiables. Les derniers en date ne sortent malheureusement pas du lot.

Dans une interview accordée à la plateforme médiatique espagnole « Publico », Aboubakr Jamaï a déclaré que « le Maroc a une légitimité sur le Sahara et que l’idée d’autonomie est bonne, mais les Espagnols et les Français ont tort : l’idée d’une autonomie marocaine au Sahara est imaginaire car elle se déroulera sous un régime politique autoritaire ». Dans cet interview, il évoque l’évolution du système politique marocain depuis l’accession du Roi Mohammed VI au Trône, l’avortement de la transition démocratique au Maroc, ainsi que les circonstances de la création et de la fin de la publication de « Le Journal Hebdomadaire », « après plusieurs épisodes de censure et de persécution ».

L’ancien journaliste qui faisait dans le sensationnalisme quand il dirigeait son hebdomadaire « Le journal » a signé lui-même l’arrêt de mort de son journal en 2010. Pour cause, il avait cumulé des arriérés de cotisations à la sécurité sociale pour le compte de ses journalistes-salariés et de l’Impôt sur le revenu (IGR). Une affaire sale qui l’a persécutée même après avoir quitté le Maroc vers d’autres cieux où, pour gagner son pain, a changé de fusil d’épaule et a vendu la mèche en concoctant un pacte avec les ennemis du pays. Qu’il vienne à se fait blanchir lui-même en évoquant censure et persécution, il faut attendre que ceux qui le connaissent meurent pour qu’il puisse disséminer ses mensonges comme bon lui semble.

C’est dire qu’il ne peut pas se proclamer aujourd’hui comme un citoyen qui n’agit que pour le bien de son pays. Le comble, c’est que pour convaincre, il mentionne le plan d’autonomie que presque le monde entier approuve, sauf quelques adversaires de l’intégrité territoriale comptés sur les doigts de la seule main, à leur tête l’Algérie voisine.

Et puis, un régime autoritaire ne propose pas le plan d’autonomie qui inclut une autonomie à multiples facettes. La proposition du Royaume n’aurait pas récolté tout le succès international si elle n’était pas ficelée et bâtie sur des socles démocratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *