Tanger: Journées portes ouvertes pour sensibiliser à l’autisme

Tanger: Journées portes ouvertes pour sensibiliser à l’autisme

L’association d’appui à la gestion de l’Institut Princesse Lalla Meryem pour enfants autistes à Tanger a organisé, mardi, les troisièmes journées portes ouvertes consacrées à la sensibilisation et la promotion des droits des personnes autistes.

Initié sous le thème « Le rôle de l’inclusion professionnelle et médiatique dans le renforcement des opportunités des jeunes autistes », cet événement s’inscrit dans le cadre des activités de l’association visant à sensibiliser à la réalité des personnes autistes et promouvoir le rôle de la société civile dans leur accompagnement, a indiqué l’agence de presse MAP.

A cet égard, le vice-président de l’association, Abdelali Hmidouch, a souligné que cette journée coïncide avec la commémoration de la Journée mondiale de l’autisme, célébrée le 2 avril de chaque année, a rapporté la même source.

Il a, dans ce sens affirmé que d’importants progrès ont été accomplis au Maroc en matière de sensibilisation et de promotion des droits des personnes autistes.

« Ces journées, visant à consolider ces avancées, sont ouvertes au grand public, y compris aux écoliers, aux acteurs associatifs et aux chercheurs dans ce domaine », a-t-il ajouté.

De son côté, la neuropsychologue-clinicienne, Fatima El Braichi, a expliqué que l’Institut Princesse Lalla Meryem pour enfants autistes offre une prise en charge pluridisciplinaire aux enfants autistes, comprenant l’orthophonie, la psychomotricité, l’éducation spécialisée et le suivi neuropsychologique.

« Cette approche vise à favoriser l’intégration des enfants autistes dans leur parcours académique en tenant compte de leurs besoins spécifiques », a-t-elle noté.

Témoignant dans le cadre de ces journées portes ouvertes, Rajae. B, mère d’un bénéficiaire des services de l’Institut Princesse Lalla Meryem pour enfants autistes à Tanger, a partagé les défis quotidiens auxquels font face les familles d’enfants autistes, notamment sur le plan psychologique et scolaire.

« La chose la plus difficile pour un parent c’est d’accepter une réalité brute, celle de voir son enfant atteint d’un trouble neurologique qui dure toute la vie », s’est-elle émue à dire.

Les journées de sensibilisation, qui se poursuivent les 3 et 4 avril à l’Institut Princesse Lalla Meryem pour enfants autistes de Tanger, comprennent des ateliers de danse, de peinture, de chant et de sport pour ces enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *