Laâyoune: le plan d’autonomie au Sahara, une solution qui sauvegarde l’avenir du Maghreb

Laâyoune: le plan d’autonomie au Sahara, une solution qui sauvegarde l’avenir du Maghreb

Les participants à un forum maghrébin, tenu jeudi soir à Laâyoune, ont souligné la pertinence du plan d’autonomie dans les provinces du Sud en tant que solution à même de favoriser le règlement définitif du conflit artificiel autour du Sahara marocain ainsi que la sauvegarde de l’avenir du Maghreb et de ses peuples.

Lors de cette rencontre, initiée par la Ligue du Sahara pour la démocratie et les droits de l’Homme (LSDDH) dans le cadre de la commémoration du 80è anniversaire de la présentation du Manifeste de l’indépendance, une pléiade de journalistes, chercheurs et acteurs associatifs issus des pays du Maghreb, ont affirmé que le plan marocain d’autonomie, qui jouit d’un soutien international grandissant, constitue une opportunité pour clore définitivement le différend créé de toutes pièces par l’Algérie autour du Sahara marocain, mais aussi pour faire de la région maghrébine un espace de progrès et de prospérité partagée.

Ils ont ainsi plaidé pour la promotion du rapprochement entre les peuples de la région, le rejet du discours de division et l’abandon des politiques contreproductives qui hypothèquent l’avenir de la région sur le plan économique et social, pointant du doigt l’Algérie comme acteur principale qui entrave la marche de développement au Maghreb.

Les intervenants ont également relevé que les peuples du Maghreb désapprouvent le climat de division et de discorde qui règne dans la région, mettant en avant les liens profonds qui les unissent et le rêve commun de parachever la construction maghrébine.

Dans ce cadre, les panélistes ont plaidé pour l’édification d’un espace maghrébin intégré et solidaire et le resserrement des rangs de ses peuples, notant que l’union et l’unification des efforts demeurent des conditions sine qua non pour faire face aux défis sociaux, économiques et politiques.

Prenant la parole à cette occasion, le président de la LSDDH, Hamada Labihi, a indiqué que l’obstacle majeur à l’unité et au développement du Maghreb demeure le conflit autour du Sahara marocain, notant que les peuples de la région et les populations séquestrées dans les camps de Tindouf payent le lourd tribut de la persistance de ce différend.

M. Labihi a également fait observer que le Royaume s’est engagé avec sérieux et crédibilité sur la voie de la recherche d’une solution définitive à ce différend, en mettant sur la table des négociations le plan d’autonomie qui accorde de larges prérogatives aux élus des provinces du Sud, dans le cadre de la souveraineté nationale, afin de permettre aux populations du Sahara marocain de gérer leurs affaires par eux même, assurant que la mise en oeuvre de ce Plan contribuera indubitablement à concrétiser le rêve de l’unité maghrébine.

Pour sa part, le journaliste algérien Oualid Kebir a relevé que le plan d’autonomie proposé par le Maroc en 2007 est une solution sérieuse et crédible qui, au-delà de régler la question du Sahara, participe également au renforcement de la stabilité de la région et de son progrès.

M. Kebir, également président de l’Association maghrébine pour la paix, la coopération et le développement, a expliqué que le plan marocain d’autonomie ne constitue pas uniquement une solution au différend autour du Sahara qui a trop duré, mais représente aussi une véritable aubaine pour la région maghrébine qui aspire à davantage d’intégration et de progrès.

« En tant que Maghrébins, nous ne pouvons que nous engager dans la même démarche, car il est de notre devoir d’assumer notre responsabilité pour clore définitivement ce différend dans un avenir proche et concrétiser le rêve tant caressé par nos peuples pour une union maghrébine forte et stable », a-t-il soutenu.

De son côté, l’ancien ministre des Relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement tunisien, Khaled Chouket, a souligné que « l’unité maghrébine n’est pas seulement un choix mais une nécessité stratégique », notant que les peuples du Maghreb sont unis par des liens de l’histoire, de la culture, de la religion et de la géographie et animés par la ferme volonté d’édifier un partenariat exemplaire qui préserverait les intérêts suprêmes de leurs pays.

L’unité du Maghreb revêt aujourd’hui une importance cruciale vu les défis actuels qui se posent sur les plans régional et international, a-t-il soutenu, mettant l’accent sur la nécessité de développer les échanges commerciaux et de créer une synergie entre les économies des pays maghrébins en tirant profit de leur complémentarité.

M. Chouket s’est également attardé sur les entraves qui se dressent devant la concrétisation du rêve d’une union maghrébine, en particulier le différend autour du Sahara marocain, saluant la pertinence du plan marocain d’autonomie comme solution réaliste et crédible pour mettre fin à ce conflit artificiel.

Même son de cloche chez Ahmadou Ouled Oubeid, acteur politique mauritanien qui a souligné la nécessité de relancer le Grand Maghreb et de surmonter les difficultés qui bloquent la construction maghrébine, à travers une dynamique économique régionale forte basée sur un partenariat gagnant-gagnant.

Il a salué aussi les chantiers socio-économiques lancés en faveur de la population des provinces du Sud et les réalisations accomplies dans différents domaines au niveau de cette région.

A cette occasion, les participants se sont félicités de l’élection du Maroc à la présidence du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies pour l’année 2024, y voyant une reconnaissance par la communauté internationale de la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en matière de protection et de promotion des droits de l’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *