Algérie : Le front polisario impliqué dans une nouvelle affaire de séquestration

Algérie : Le front polisario impliqué dans une nouvelle affaire de séquestration

C’est une énième histoire de traite d’êtres humains, de chantage et de séquestration dans les camps de Tindouf en Algérie que vient de révéler la presse internationale. Filleh mint Chahid mint Laaroussi, une jeune fille issue de ces camps et ayant grandie en Espagne chez une famille adoptive est la toute récente victime sur la liste du Front polisario et à qui ont interdit de retourner en Espagne.

Son nom est désormais à inscrire aux cotés d’anciennes victimes comme Najiba Mohamed Belkacem, Elkouria Badbad Hafed, Maloma Morales de Matos ou bien Darya Embarek Selma. Le point commun entre toutes ces dames c’est qu’elles se sont toutes vues retirer leurs documents de voyage et retenues contre leur gré à Tindouf.

L’histoire remonte à quelques jours seulement. La jeune fille, en visite dans les camps de Tindouf s’est vue contrainte de rester sur place après la destruction de ses documents de voyages par ses parents biologiques. Ces derniers n’ont pas hésité, sur instruction du Front polisario, à faire du chantage à la famille adoptive de la jeune Filleh, basée en Espagne.

Tenant à récupérer leur fille adoptive par tous les moyens, la famille espagnole n’a pas cédé. Faisant appel aux services d’un contrebandier local, la famille a pu exfiltrer la fille vers le consulat espagnol à Oran où elle se trouve actuellement. En effet, le dénommé Hammada ould Essaleh a réussi sa mission avec brio et déposé la jeune Filleh entre les mains des autorités consulaires depuis mercredi dernier où elle attend d’accomplir les démarches nécessaires pour rentrer en Espagne.

Toutefois, l’entrée en jeu des services de sécurité algériens risque de compliquer les choses. En effet, au lieu de chercher à faciliter le retour de la fille chez ses parents en Espagne ou elle a passé toute son enfance, l’Algérie a ses propres calculs. Les dimensions qu’a pris l’affaire au niveau des camps, notamment après les menaces proférées par la famille biologique de la fille contre celle de l’homme qui l’a fait évader des camps, inquiètent les autorités algériennes. Ces dernières tentent par tous les moyens de la faire revenir aux camps pour éviter des affrontements entre les familles.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *