Plaidoyer à Dakhla pour la création d’une zone de libre-échange arabo-africaine

Plaidoyer à Dakhla pour la création d’une zone de libre-échange arabo-africaine

Les participants à la conférence économique des chambres arabo-africaines, qui a pris fin jeudi 21 décembre 2023 à Dakhla, ont plaidé pour la création d’une zone de libre-échange entre les pays arabes et africains.

Les participants aux travaux de cette conférence, organisée par la fédération des chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ont souligné la nécessité de développer les échanges transfrontaliers entre les pays arabes et africains par l’amélioration des procédures d’entrée et de sortie des marchandises entre ces pays, la suppression des barrières douanières et la solution des problèmes qui limitent le renforcement des relations commerciales et des investissements entre ces pays.

Ils ont également appelé à la levée des restrictions non tarifaires et à la facilitation des procédures entre les régions arabes et africaines afin d’encourager les échanges commerciaux, soulignant la nécessité de créer des projets industriels et de services par les pays arabes en partenariat avec les Etats africains.

Les recommandations de la conférence ont exhorté les pays arabes et africains à mettre en œuvre des infrastructures dans divers domaines pour encourager les investissements locaux et drainer les investissements étrangers, en particulier des pays arabes, insistant sur la nécessité de la mise en place de réformes « globales et radicales » des lois liées aux échanges commerciaux et au mouvement des capitaux, le renforcement des mesures prises dans le domaine de l’amélioration de l’environnement des affaires et la diffusion des informations sur la réglementation concernant les investissements et les opportunités disponibles dans les pays arabes et africains.

Dans ce contexte, les participants ont plaidé pour la mise en place de garanties liées aux investisseurs, la simplification des procédures administratives concernant les transferts monétaires et financiers entre les pays africains et arabes et pour l’adoption de politiques financières et économiques garantissant la stabilité dans les relations avec les investisseurs.

Ils ont aussi jugé nécessaire de créer des conditions politiques et juridiques favorables pour la mise en place d’un pôle de commerce et d’investissement arabo-africain, de réaliser l’intégration économique entre les deux régions, d’améliorer le climat d’investissement dans les pays arabes et africains et de renforcer la communication entre les chambres de commerce arabes et africaines, tout en recommandant d’établir des canaux pour améliorer la communication et l’échange d’informations sur les développements économiques de chaque pays.

Ils ont de même recommandé de soutenir et de consolider les relations entre les secteurs privés arabes et africains, de créer une meilleure coordination entre les institutions financières et économiques et de mettre en place des centres de diffusion et d’échange d’informations et de statistiques liées aux activités économiques, ainsi qu’une base de données au profit des entrepreneurs et des investisseurs.

Les participants à cette conférence ont par ailleurs exhorté les acteurs industriels et commerciaux à profiter des diverses opportunités d’investissement en Afrique et dans le monde arabe, à développer la participation des investisseurs arabes dans le domaine des énergies renouvelables et des nouveaux projets industriels et à encourager les pays arabes et africains producteurs de pétrole à investir dans des projets qui adoptent des techniques de production innovantes conduisant à une diversification économique et à l’augmentation du volume des échanges commerciaux entre ces pays.

A l’issue de cette conférence organisée sous le signe « Investissements et partenariats stratégiques durables », un protocole d’accord a été signé entre la fédération des chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services, l’Union des chambres arabes et l’Union des chambres africaines, visant à établir un mécanisme exécutif pour la chambre arabo-africaine, ainsi qu’un mémorandum d’entente entre l’Union des chambres arabes et l’association des exportateurs égyptiens en vue d’établir une coopération conjointe au service de la communauté des exportateurs du monde arabe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *